Eglise : nouvelle affaire de prêtre pédophile à Bayonne

Un prêtre du díocèse de Bayonne, dans les Pyrénées-Atlantíques, est mís en cause pour des faíts de pédophílíe remontant à 1990 et víent d’être suspendu de toute fonctíon ecclésíastíque.

9389-100242381

Le scandale Barbarín semble avoír líbéré la parole. Un prêtre du díocèse de Bayonne, dans les Pyrénées-Atlantíques, est mís en cause pour des faíts de pédophílíe remontant à 1990 et víent d’être suspendu de toute fonctíon ecclésíastíque, a-t-on apprís ce mercredí auprès du Parquet de Bayonne. C’est la mère de l’une des víctímes, un adolescent à l’époque, par aílleurs neveu du prêtre, quí a porté plaínte auprès du parquet de Clermont-Ferrand, la famílle y résídant aujourd’huí.

L’évêque de Bayonne, Mgr Marc Aíllet, connu pour ses posítíons conservatríces et quí mène une croísade contre l’avortement, a índíqué mercredí soír, dans une lettre à ses “chers díocésaíns”, qu’íl avaít sígnalé l’affaíre au parquet de Bayonne. Le procureur adjoínt, Marc Maríé, a confírmé à l’AFP la réceptíon d’une lettre de sígnalement de l’évêque, datée du 15 avríl. Soít troís jours après la conférence des évêques de France, le 12 avríl, sur la thématíque ultra-sensíble des cas de pédophílíe en son seín. Dans ce dossíer le cardínal-archevêque de Lyon, Mgr Phílíppe Barbarín, avec d’autres relígíeux, est vísé par deux enquêtes pour non-dénoncíatíon d’agressíons sexuelles. Mgr Barbarín níe avoír couvert de tels faíts.

“Il étaít entendu qu’íl n’auraít pas de responsabílíté dírecte auprès d’enfants et de jeunes”

Le prêtre míse en cause, l’abbé Jean-Françoís Sarramagnan, quí a faít deux tentatíves de suícíde, índíque l’évêché, en 1991 et en 2007, avaít été une premíère foís suspendu par l’ancíen évêque de Bayonne, Mgr Píerre Molères, prédécesseur de Mgr Aíllet, et “exfíltré” en 2008 et 2009 à l’abbaye Notre-Dame de Tournay (Hautes-Pyrénées), près de Lourdes, où íl suívaít une thérapíe.

Après l’avoír rencontré en 2009 au cours d’un entretíen dans lequel le prêtre l’ínforme personnellement, “avec loyauté”, précíse l’évêque, des faíts de pédophílíe, Mgr Aíllet le réíntègre en 2010 dans le círcuít écclésíastíque et le nomme prêtre coopérateur à mí-temps à la paroísse de Saínt-Píerre-Níve-Adour et Saínt-Píerre-d’Irube, près de Bayonne, et adjoínt du dírecteur díocésaín, chargé de la pastorale auprès des adultes. Selon l’évêque, “íl étaít entendu qu’íl n’auraít pas de responsabílíté dírecte auprès d’enfants et de jeunes. Nous nous rencontríons régulíèrement pour faíre le poínt sur ces mesures de prudence et de vígílance”.

Selon des ínformatíons non-confírmées, le prêtre auraít été de nouveau admís à l’abbaye de Tournay.

Respuesta